Comment suivre la transhumance des moutons de Sologne

(Last Updated On: 19 juillet 2018)

La transhumance des moutons de Sologne : A la découverte de l’éco-tourisme

La transhumance des moutons de Sologne se pratique en Val de Loire. Vous croyez peut-être que les bergers se sont trompés de région. Et bien non, il existe une race de mouton de Sologne, de couleur brune. Certains d’entre vous ont eu la chance de découvrir une activité en pleine nature en accompagnant le berger et son troupeau sur le dernier kilomètre de la transhumance à Pouilly sur Loire . Cet événement exceptionnel a pour but d’expliquer l’intérêt du pastoralisme pour la préservation de la bio-diversité et le maintien des champs d’expansion et d’écoulement des eaux de crue en région Centre.

Accompagnez les moutons solognots

Les passionnés se donnent rendez vous chaque année, bien décidés à vivre l’aventure de la transhumance des moutons de Sologne. Tel les coureurs du Tour de France, le peloton de 300 moutons solognots apparaît au loin dans la dernière ligne droite, un berger en tête, un berger en queue. Le plus impressionnant est peut-être le travail du chien de berger, un Border Collie. Toujours en action, une course à droite, une course à gauche, changeant brusquement de direction au coup de sifflet de son maître.

Des moutons solognots traversent la Loire

transhumance des moutons de Sologne en Val de Loire à Pouilly sur Loire
Picorette

Sur le pont métallique, un flot de moutons s’engouffre, pressés d’arriver au pâturage. Dans ce tintamarre organisé, ponctué de « béé », les petits ont parfois du mal à s’y retrouver. Quelques uns d’entre eux me suivent avant de rentrer dans le rang. Puis tel un cortège discipliné, menés par 90 104 (c’est le nom du mouton de tête), ils s’engagent sur la berge pour le plus grand plaisir des touristes ébahis. Picorette, une brebis expérimentée à la toison colorée, assure l’arrière garde tandis que Bernard, berger de son état, surveillant d’un œil son troupeau, se prête au jeu des questions-réponses des admirateurs.

Ne manquez pas la naissance de 300 agneaux

Les moutons, séjournent momentanément sur les berges de Pouilly sur Loire. Ils passeront le reste de la saison quelques kilomètres plus loin où 250 brebis mettront au monde entre fin Avril et début juin près de 300 agneaux. Prochain Rendez-vous de la transhumance des moutons de Sologne: Le 24 mai à Mesves sur Loire. Vous aurez la possibilité de rencontrer le berger mais attention, il risque d’être fort occupé fin mai début juin à surveiller les naissances quotidiennes.

Une race oubliée réapparaît : le mouton de Sologne

transhumance des moutons de Sologne en Val de Loire à Pouilly sur LoireLa race du mouton solognot est très écologique. Rustique par sa tolérance aux maladies, il tire parti d’une végétation pauvre et ligneuse. Le lait et la laine sont, dit-on, d’excellente qualité et les brebis ont de bonnes qualités maternelles. Dès le XVème siècle, l’élevage du mouton en Sologne était important. Vers 1850, l’effectif ovin était estimé à 300 000 têtes en Val de Loire, Beauce et Gâtinais. En Sologne, le mouton était presque l’unique ressource de revenu des paysans. La laine était achetée par les draperies de Romorantin Normant, fournisseurs de l’Armée. Lisez également le site sur Didier Crèche, un des pionniers du mouton de Sologne.

Les bords de Loire génèrent de la bio diversité grâce aux moutons solognots

La création de nombreuses routes et le reboisement, firent chuter le cheptel à 50 00 moutons solognots en 1910. La transhumance des moutons de Sologne disparut en région Centre dans les années cinquante mais en 1996, une nouvelle expérience pastoralisme a lieu dans le Loiret. En 2000, Pastoloire décide d’entretenir les prairies du bord de Loire en développant le pâturage extensif des moutons solognots. Les moutons ne consomment pas de compléments alimentaires autres que le pâturage qu’ils peuvent trouver sur le bord de la Loire. Ils constituent un bon moyen pour préserver la biodiversité et maintenir le bon écoulement des eaux mais le but est aussi économique : réinstaller des bergers sur 100 km de bord de Loire et développer la production d’ovins.

Original, la vie de berger

transhumance des moutons de Sologne en Val de Loire à Pouilly sur Loire, Berger Bernard Girard
Bernard Girard, berger

Bernard Girard, le Berger de Past’horizons, est tout droit arrivé du Cantal pour réaliser ce projet de transhumance des moutons de Sologne mais ne vous y trompez pas, c’est un enfant d’Aulnay sous Bois. A treize ans, il a expliqué à ses parents: « J’en ai assez de cette vie de banlieue. Je veux être berger » et il est partit. Vivant en caravane, il n’a pas de domicile fixe. Sa vie, comme il dit, c’est 365 jours avec ses moutons. Avec lui un jeune qui veut développer le pastoralisme en Île de France. De prime abord un peu surpris par la foule plus nombreuse que dans le cantal, ils aiment pourtant raconter des histoires de berger à ceux qui savent écouter.

Pour en savoir lus sur la transhumance

Ecoutez cette émission « La Marche de l’histoire » de Jean Lebrun sur France Inter sur « La Grande Transhumance »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez inscrire votre commentaire!
Veuillez inscrire votre nom

wp-puzzle.com logo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.