Où trouver la Salamandre tachetée, du mythe à la réalité !

Où trouver la salamandre tachetée ? Découvrez ce mystérieux et étonnant animal de légende qui vit en France et particulièrement en Sologne. Maître du feu, symbole de puissance, elle inspire l’homme depuis l’antiquité.

où trouver la alamandre tachetée devant le Château de Chambord
(Dernière mise à jour: 11 octobre 2017)

Où trouver la salamandre tachetée ?

Où trouver la salamandre tachetée, ce mythe vivant, animal de légende ? C’est à la fois difficile et facile. Il existe plusieurs espèces de ces animaux sauvages en France. La plus commune est la Salamandre tachetée,  c’est elle qui peuple le Val de Loire et spécifiquement la Sologne. La Salamandre, emblème du Loir et Cher, est un amphibien, c’est à dire qu’une part de sa vie est terrestre et l’autre aquatique. C’est aussi le cas, des grenouilles, crapauds et tritons. La salamandre est un animal étonnant qui a la capacité de faire repousser un de ses membres. Certaines peuvent vivre près de 200 ans et peser jusqu’à 80 kg. Plein de mystères, la salamandre est venimeuse ou vénéneuse ? Est-elle mortelle ? Est-ce un animal de feu, diabolique ? Voir une salamandre tachetée dans son habitat est en principe réservé aux spécialistes car elle vit plutôt cachée. Toutefois, si vous vous promenez un soir, pluvieux, muni d’une torche le long des routes, vous avez, vous aussi, toutes les chances de la rencontrer. Mais cet amphibien est en danger alors comment pouvez vous contribuer à la protection de la salamandre ? LoireXplorer vous dévoile la signification de la légende de la salamandre et vous explique où trouver la salamandre tachetée, cet univers extraordinaire et passionnant à lui tout seul. Après cela, jouez à notre quiz sur la salamandre.

Comment reconnaître la salamandre tachetée

La Salamandre tachetée est aisément reconnaissable. Adulte, elle mesure de 10 à 15 cm, et même jusqu’à 20cm. Sa tête est large avec de gros yeux proéminent et derrière ceux-ci, des petits trous, des pores, qui sont en fait des glandes (paratoïdes). Contrairement aux tritons, la Salamandre possède une queue conique.

salamandre tachetée et triton palmé

Chaque Salamandre porte un dessin unique

Sa coloration est un mélange de jaune et de noire, l’un dominant parfois l’autre. C’est d’ailleurs, en partie, de cette coloration que lui vient son nom : môrons (« sombre »). Toutes les mêmes et pourtant toutes différentes, car malgré cette coloration jaune et noir, chaque Salamandre porte un dessin unique. Ceci permet facilement d’estimer une population de Salamandre sur un même lieu.

Où vit la salamandre tachetée ?où trouver la salamandre tachetée où la voir

Pour découvrir où trouver la salamandre tachetée, il faut savoir que cet amphibien, bien qu’affectionnant les étangs, mares, sources et autres zones humides, vit principalement en forêt. En effet, elle ne rejoint les points d’eau que pour expulser ses larves. Elle affectionne particulièrement les bois humides ou les forêts de feuillus. C’est ainsi qu’elle trouve en Sologne, l’habitat idéal : de larges forêts ponctuées de points d’eau. Où voir des salamandres tachetées ? Sa cache peut se situer sous une pierre, un tas de bois, une souche, ou plus près de l’homme, une cave humide, un regard d’eau, etc. A ce sujet, lisez notre guide pour observer les animaux en forêt.

La salamandre se reproduit d’une façon insolite

Surprenant: La salamandre ne sait pas nager

Elle ne pond pas d’œufs comme les tritons, grenouilles ou crapauds. La salamandre est ovovivipare, les œufs se développent dans son corps et l’adulte, une fois près de l’eau, rejette ceux-ci. La Salamandre ne s’immerge pas complètement, car chose surprenante, elle ne sait pas nager. Autre particularité, la Salamandre est le seul amphibien à pouvoir se reproduire toute l’année, l’accouplement a lieu sur terre. Ainsi, à l’automne, il n’est pas rare de trouver des salamandres allant déposer leurs petits dans l’eau et observer des larves en octobre ou novembre. Elle peut laisser ses petits dans un étang, une mare et parfois même un lavoir, une fontaine ou une simple flaque d’eau tant que celui-ci n’est pas très loin du gîte de l’adulte (environ 100m). Ce dernier est d’ailleurs assez fidèle à son lieu de « mise bas ». On a déjà vu une mare bouchée où se rendaient encore des crapauds, des grenouilles et des Salamandres, plusieurs années après.

larve de salamandreLa larve de la salamandre met entre 2 et 7 mois pour se développer

La larve est facilement identifiable. Elle ressemble à un petit triton, portant des branchies, mais a la singularité d’avoir des petites tâches plus claires à la basse de chacune de ses pattes. La larve va se développer quelques temps (entre 2 et 7 mois) dans ce milieu aquatique, avant de rejoindre la terre ferme. Durant sa vie aquatique, elle se nourrira de petits crustacés et autres invertébrés aquatiques et parfois même, de ses propres congénères. Une fois adulte, la Salamandre se nourrit de coléoptères, chenilles, cloportes, limaçons et limaces, ce qui en fait un véritable allié du jardinier.

La salamandre connaît une vie pleine de dangers

Pour la Salamandre, survivre n’est pas une simple chose. Sur terre comme dans l’eau, les prédateurs sont nombreux. Au cours de sa vie aquatique, la larve est une proie idéale pour de nombreux animaux de la mare ou de l’étang. Quand les dangers viennent du ciel,  ils prennent principalement la forme d’un  martin pêcheur ou d’un héron. Mais c’est bien de l’eau que viennent les plus grands dangers pour les larves de Salamandres. Bien que préférant les eaux sans poissons, la Salamandre, laisse parfois ses petits dans un étang ou dans une rivière. C’est ici, que le brochet, la perche, le sandre et autres poissons carnassiers se délectent de la délicieuse petite larve. Mais dans l’eau il est un ennemi à la voracité redoutable : le dytique ! Lui et sa larve, discrètement dissimulé dans les végétaux de la mare, se régalent de ces larves d’amphibiens. De leurs puissants crochets, ils attrapent les larves, injectent leur venin avant d’engloutir leur proie comme on le ferait avec une paille.

Le sanglier peut constituer un danger pour la salamandreLe sanglier peut devenir un danger pour la salamandre

Sur terre les dangers ne sont pas moins nombreux. Le sanglier, omnivore, se nourrit parfois de Salamandre. Mais en fouissant le sol, en retournant les mousses, les souches et les pierres de Sologne, il déterre et détériore l’habitat de la Salamandre. Ainsi, elle peut se voir écrasée sous les pas du sanglier ou encore dérangée en période de gel. Certains mustélidés, comme la martre ou la loutre profitent du déplacement de la Salamandre pour s’en nourrir : ils vont la dépiauter en enlevant la peau, comme l’homme le fait d’un lapin. D’autres prédateurs, à plumes ceux-là peuvent également se nourrir de Salamandre, c’est le cas des hérons, buses, corneilles ou corbeaux.

Où trouver des salamandres tachetéesLe venin de la Salamandre est-il mortel ?

Pour se protéger de ses prédateurs naturels, la Salamandre a deux atouts. En premier lieu sa couleur. Bizarre, on aurait tendance à croire, que le jaune attire plus facilement l’œil du prédateur. Et pourtant, la présence de jaune n’est pas anodine. Elle indique au contraire, à qui veut le voire, que l’animal en question n’est pas bon et même venimeux. Ainsi, l’objectif est claire annoncé à tous que la Salamandre n’est pas comestible, voilà donc ce premier outil de défense, cela s’appelle l’aposématisme, effet dissuasif garantit !! Dans le cas d’un prédateur inexpérimenté ou téméraire, la Salamandre possède des glandes qui peuvent sécréter un mucus blanchâtre appelé « samandarin » (alcaloïde toxique). Aucun risque pour l’homme, en revanche, un renard ou un chien aura tôt fait de recracher la belle.

Les voitures sont le plus grands danger pour la salamandre

Mais il existe des dangers encore plus grands. A l’automne ou au printemps, les Salamandres quittant leur gîte sont amenés à traverser les routes. Par dizaines, voire centaines, elles se font écraser sous les roues des voitures. La pollution des eaux et la disparition des mares sous l’action humaine, viennent s’ajouter aux innombrables difficultés que connait la Salamandre.

vitrail reprsentant la salamandre symbole de feu dans les mythes et légendesLa salamandre symbole, conte et légendes

La Salamandre, connu depuis l’antiquité, a toujours inspiré l’homme. Comme de nombreux animaux, toute une symbolique y est associé. Pour les alchimistes, la salamandre était l’être élémentaire associé à l’élément Feu des anciens. C’est à partir du moyen-âge que l’on trouve le plus de traces de la Salamandre dans les mythes et légendes, mais aussi dans les symboles locaux et royaux. Animal diabolique, elle est associée au pouvoir du feu, c’est pourquoi, on la retrouve très souvent représentée avec des flammes, le feu était dit-on, sa demeure et elle pouvait le traverser sans mourir.

Pourquoi la salamandre est-elle l’emblème de François Ier ?

Salamandre au Château de Chambord

Elle avait également la réputation de pourvoir attiser le feu comme l’arrêter, c’est ainsi que l’on retrouve sur certains de nos châteaux : « Je nourris le bon feu et éteins le mauvais ». C’est François 1er, qui adopta la Salamandre comme emblème. Par sa devise, sans doute faillait-il voir là, la foi et l’amour chrétien qui nourrissait le souverain, elle était alors le symbole de la foi qui ne pouvait être détruit. L’emblème de François 1er est représenté avec une Salamandre couronnée, un nœud à double boucle (symbolisant la concorde), le lys royal et l’hermine (ce dernier étant l’emblème de Claude de France, épouse de François 1er et duchesse de Bretagne). Pour certains, le feu représentait également l’ardeur amoureuse du souverain. Les châteaux de Blois, Amboise, Fontainebleau, Azay le Rideau et surtout Chambord sont pleinement ornés de ces représentations. A ce jour, La Salamandre et le château de Chambord sont toujours des symboles forts, le département du Loir et Cher a pour emblème, une Salamandre sur fond du château de Chambord, ce sont les premières images que croise un automobiliste en entrant dans le département.

salamandre à l'entrée du musée de Sologne à Romorantin Lanthenay
Salamandre à l’entrée du musée de Sologne à Romorantin-Lanthenay

La salamandre résiste-t-elle au feu ?

Cette symbolique du feu était si forte qu’en cas d’incendie, il fallait jeter des Salamandres dans le feu pour l’éteindre : lutter contre le mal, par le mal. En réalité, cette croyance de la résistance au feu est sans doute dû au fait que les anciens, en brulant des souches entières, faisaient fuir les Salamandre qui s’y étaient réfugiées. En fuyant ainsi, on ne peine pas à croire que nos aïeux pensaient réellement que la Salamandre survivait au feu.

La salamandre animal diabolique au Moyen Âge

Au moyen-âge, on dit que la Salamandre saute au visage et qu’elle tue par simple contact. Elle était si puissante qu’un simple regard de sa part suffisait à tuer n’importe quel homme avant que celui-ci ne l’ai vu. La réputation de son venin était si forte qu’on pensait qu’elle pouvait empoisonner les puits et les sources. Pour se défaire de celui-ci, de nombreux remèdes ont été inventés : lait, ortie, fer rouge, il fallait, disait-on, autant de médicament que la Salamandre avait de tâche. Ce « démon » abusait même des femmes dans leur sommeil, gâcher le vin, l’herbe ou les fruits par simple contact. Son souffle faisait enfler les personnes et le bétail. Dans ces cas, tuer une Salamandre rapportait 100 jours d’indulgence ou même des pièces d’or. Forte heureusement ces croyances sont d’un autre temps, même si l’on entend encore de ci de là quelques vérités erronées sur cet animal de légende.

La salamandre est l’emblème du Loir et Cher

C’est ainsi, que la Salamandre est ancrée dans l’imaginaire collectif et qu’elle est devenue petit à petit un élément culturel très fort. Pour preuve, des livres, des films portent son nom. Mais aussi un système de chauffage ou encore un élément de cuisine.
En Val de Loire et plus précisément dans le Loir et Cher et en Sologne, elle est un emblème depuis très longtemps. Ainsi, en entrant dans le département, elle est immanquable car stylisée sur les panneaux devant le château de Chambord. A Romorantin-Lanthenay, elle est l’emblème de la ville. Des clubs équestres, restaurant et centres commerciaux portent aussi son nom. La Salamandre est aussi le nom de nombreux lieux-dits en France.

Quand et comment voir la salamandre ?où trouver la salamandre tachetée en Sologne

Il est très facile d’observer la Salamandre, encore faut-il ne pas avoir peur de se mouiller. Pour trouver la salamandre tachetée, la période la plus favorable va de fin février à avril ; encore que s’il ne fait pas froid, elle est observable toute l’année. Il vous suffit d’une nuit à plus de 6°c et d’une bonne pluie. Là, baladez-vous (avec prudence) le long des routes et vous en observerez des dizaines sortir de bois pour rejoindre les points d’eau. Plus sécurisant, vous pouvez vous rendre au bord des mares une nuit de pluie, pour l’observer. Laissez le plaisir des yeux agir, la Salamandre est un animal sensible, ne la manipulez pas et laissez la vivre sa vie. D’autant qu’elle est protégée. Sa capture, sa détention, sa destruction, son transport sont formellement interdits par la loi.
De nombreuses associations de protection de la nature organisent des animations de découvertes des batraciens, n’hésitez pas à vous renseigner, un sentier pédagogique en forêt domaniale de Vierzon porte même son nom.

Comment pouvez-vous aider la salamandre ?

La Salamandre a donc besoin d’eau et de bois humides. La destruction de son habitat, le morcellement de celui-ci par les routes et la pollution des milieux sont les principales sources de nuisances occasionnées à la Salamandre. Le remplacement des forêts de chênes par la culture de résineux ou de peuplier sont un exemple de gestion des forêts qui lui sont défavorables. Le drainage, le disparition des zones humides où se trouve la salamandre, sont également un véritable problème pour elle. Pour l’aider, des gestes simples suffises : laisser des tas de bois au sol pour qu’elle s’y réfugie, laisser les mares et trous d’eau, voir en créer dans votre jardin (très utile pour attirer de nombreux auxiliaires). Vous pouvez aussi accompagner les associations qui œuvrent à sa protection en soutenant leur action, participer à mieux connaitre les endroits qu’elle fréquente en envoyant vos observations ou en aidant concrètement en posant des filets le longs des routes comme c’est le cas à Ennordres dans le Cher.
Enfin, la méthode la plus simple, c’est d’en parler autour de vous ce qui contribue chacun à être plus sensibilisé à cet animal.

salamandre géante
Cette photo est issue de la série documentaire « Les aventures de Brady Barr diffusée sur Nat Geo Wild. Merci pour leur autorisation à www.natgeotv.com/fr (Photo Credit © Kelly Sweet / NGT)

Etonnant: La salamandre a la capacité de faire repousser ses membres

La Salamandre est pleine de ressource, elle a la capacité de faire repousser un de ses membres, une patte par exemple, si celle-ci est coupée. L’Asie est un territoire propice où trouver la salamandre. Une espèce de Salamandre a été mesurée à plus d’1.80 mètres, en 2015, une Salamandre géante a été découverte, elle avait près de 200 ans !! Celle-ci pouvant peser jusqu’à 80 kg.

2 Commentaires

  1. Très intéressant. Bravo !
    Précision : au chateau de Melotin, on trouve une Salamandre sur la plasue de cheminée. Le feu y est toujours de qualité…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez inscrire votre commentaire!
Veuillez inscrire votre nom

wp-puzzle.com logo